L’engagement… c’est chacun pour tous !

« Les accusations réciproques sont le signe d’un manque de confianceLes subordonnés ont peur de se faire « renvoyer dans leurs buts », de se faire « ramasser »… Les supérieurs ont peur de se faire critiquer et d’être mis en difficulté devant le nombre important de plaintes qu’ils leurs remonteraient sans qu’ils puissent juger de la fiabilité de ses remontées.

Ce « jeu des accusations réciproques » cache la peur de s’engager dans de véritables relations hiérarchiques qui pourraient révéler les incompétences des uns et des autres… Les communications critiques des uns et des autres sont en fin de compte destinées à empêcher tout changement dans les relations des acteurs qui pourrait les mettre en situation d’avoir à montrer des incompétences (et donc à être dévalorisés). » Alex Muchielli[1]

Ce blocage relationnel provient de la croyance qu’ « être quelqu’un de bien » signifierait n’avoir ni défauts, ni limites.

« Exceller par ses talents » c’est tout autre chose que la perfection : c’est faire de son mieux.

Buts 19 nov 2013

L’engagement de l’intelligence collective c’est faire en sorte d’encourager l’envie de chacun.

Jusqu’au match France – Ukraine (le 19 novembre 2013) on disait des bleus qu’ils avaient du talent, de gros salaires, mais avaient ils assez « l’amour du maillot » ? Les encourager… aurait été de croire en eux avant le match…


[1]              Alex Muchielli, Les motivations, Que sais-je ? n°1949, éditions Puf, 1982, mis à jour 2006, (128 pages), p.39

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s